Ce matin, nous nous sommes réveillés tôt (bien trop, à mon goût ! J’aimerais d’ailleurs bien savoir comment les parents qui font l’instruction en famille et ne sont pas matinaux gèrent leur temps car je reste convaincue que le matin est le meilleur moment pour faire des activités, et notamment par la suite pour les apprentissages, avec les enfants. Mais pour moi, certains matins sont durs !) et nous avons donc même eu le temps de faire nos activités avant de partir.
En ce moment, les enfants adorent chanter « Dans la maison de Batistou », du CD Les chansons de Popin (on peut écouter des extraits ici : http://www.steiner-waldorf.org/librairie/index.html)

Nous avons réparé notre petit marche-pied en bois (qui n’est pas fait pour les adultes, comme mon chum l’a testé !) et Mehdi peut aller aux toilettes en toute autonomie !
dsc08822.jpg

Départ pour l’atelier laine cardée puis eurythmie. Hélas, l’atelier eurythmie a finalement été reporté, faute de participants inscrits…
dsc08823.jpg
J’aurais pu éviter de transporter ce lourd panier !
dsc08824.jpg

Arrivée
dsc08826.jpg

Maryse a montré comment carder la laine
dsc08831.jpg
Chacun a pu essayer la grande et la petite carde…
dsc08829.jpg
dsc08835.jpg

Feutrage
dsc08836.jpg
Pour avoir moins à feutrer, Maryse nous a montré comment préparer une petite boule avec du fil de pelote de laine, et ajouter par dessus des brins de laine cardée.
dsc08838.jpg
dsc08839.jpg

Elle nous a aussi montré le tricot à doigts, en racontant l’histoire de la maman chat qui cherche son petit…
Cela permet de mémoriser et de rendre vivant comment procéder !
dsc08840.jpg
dsc08841.jpg
(cette laine est trop fine pour du tricot à doigt)

Autre citation extraite de La jeunesse déchirée et petit commentaire :

« Car le jeune vient au monde des adultes avec une question, et de la réponse à cette question dépendent beaucoup de choses pour l’ensemble de sa vie ultérieure. La réponse « juste », c’est précisément une information pas du tout arrêtée dans son contenu, mais au contraire une sorte de « refus d’information incitatif » : Tu es sur le bon chemin ; seules les réponses que tu trouves par toi-même ont de la valeur. »

La vision de l’adolescent qui se détache de son pays natal (l’enfance), espace qui lui apportait sécurité et protection, et le renie en quelque sorte, me remémore ce moment de ma vie. Je me souviens en particulier ce moment où, du jour au lendemain, je n’arrivais plus à jouer. Cela avait énormément attristé mon frère. A cette époque, j’avais aussi lu le livre La cicatrice de Bruce Lowery, très beau roman mais dans lequel des blessures avaient trouvé écho en moi et cela m’avait aussi fait culpabiliser envers mon frère. Malgré tout, je ne pouvais pas me forcer à jouer avec lui, c’était tout simplement au-dessus de mes forces : le passé était le passé et le retour en arrière, impossible.