25 septembre, 2010

Archive journalière

Quelques mots sur diverses difficultés…

Créé par le 25 sept 2010 | Dans : Activites, jeux, Non classé, Pedagogie

Je voulais partager avec vous les difficultés qui peuvent parfois se poser à moi, ou que j’ai aussi parfois entendu dans d’autres familles.
Je trouve intéressant de relier cela à mon histoire et à ce que Henning Köhler appelle les troubles des sens primordiaux, tant il est vrai qu’en tant que parents, il peut nous être difficile de transmettre ce que l’on n’a pas eu, d’avoir des attitudes qu’enfants nous n’avons pas pu avoir…

Tout d’abord, je pense à présent que j’ai eu une enfance où ces sens ont particulièrement été entravés, par diverses circonstances.

- Le sens de la vie. J’ai longtemps demandé à ma mère à quoi pouvait bien servir de vivre, quel sens pouvait-il bien y avoir à cela… Au bout de plusieurs mois, ses réponses ne me satisfaisant pas (vu que le sens de l’existence ne m’était alors pas intelligible), j’ai arrêté mes questions, résignée… A côté de cela, il me semblait particulièrement insensé d’être soumis à des rythmes : quelle aberration d’avoir été créée avec des besoins récurrents ! Je ne comprenais pas ces pertes de temps inutiles : dormir, manger, se laver, et toujours recommencer !
C’est pourquoi aujourd’hui, j’essaie de me forcer à tenir un rythme de la semaine et aussi un rythme de la journée. L’on peut toujours dire que l’on est confronté à des imprévus, mais je pense que cela reste un ou des prétextes. D’ailleurs, les imprévus seraient alors sensés être les exceptions qui confirment la règle, il me semble.
dsc03583.jpg

- Le sens du toucher. J’ai été une enfant réfractaire au contact, sauf avec ma mère les premières années. Je ne voulais pas être touchée, approchée, embrassée, prise dans les bras… Je n’aimais pas le contact enveloppant des chansons. J’aspirais même à ne jamais aimer de ma vie et rêvais secrètement à une vie retirée du monde…
Je pense que j’ai alors grandi avec un sentiment faussé des limites de mon corps. Et une insécurité dans mon corps. Concrètement, aujourd’hui, cela se traduit par le sentiment de me sentir en danger dans mon corps, atteinte, envahie dès que je me sens stressée. Cela est particulièrement flagrant en cas de conflits avec mes enfants…
10069331.jpg

- Le sens du mouvement. J’étais une enfant particulièrement atteinte de ce point de vue là. J’ai refusé de marcher avant un certain âge (je dis refusé car, bambine, je m’asseyais systématiquement en tailleur…), j’ai appris à courir tant bien que mal à l’école, je ne supportais pas de voir des personnes danser, n’aimais pas les chansons, étais souvent en retrait, etc.
Heureusement, j’ai aimé jouer au foot, nager, escalader, pédaler, etc. Quoi qu’il en soit, de ce fait, je n’étais pas particulièrement créative, même si j’ai beaucoup rêvé éveillée ! Avec Olivier, j’ai rarement pensé à lui proposer des activités manuelles car je n’y pensais pas… Avec Walid, il a fallu attendre que son frère soit déscolarisé quelques mois pour que cela s’instaure à la maison, puis que je libère ma créativité ! Quant à jouer, j’ai mis énormément de temps à être « présente » dans mes jeux avec les enfants.
De même, ce n’est que récemment que les enfants jouent en faisant vraiment appel à leur imagination, aient des images vivantes présentes dans leur quotidien…
dsc04799copie.jpg

- Le sens de l’équilibre qui se répercute sur le jugement. J’étais une enfant sans jugement, je n’étais pas connectée à ce que je pensais, ce que je ressentais et, surtout, j’étais incapable de jugement esthétique. C’était d’ailleurs quelque chose que je n’arrivais pas à comprendre : que des gens puissent trouver des choses belles. Pour moi, le monde baignait dans une sorte d’indifférence…
dsc05479copie.jpg

- Le doute contagieux. Je crois sincèrement que lorsque l’on est en présence de quelqu’un qui met en doute, par exemple, un aspect de l’éducation de nos enfants, quand bien même l’on peut être convaincus de notre position, il se peut que sur un autre plan, nous soyons subtilement atteint par le doute et les craintes de l’autre. Car la peur est contagieuse ! Il nous déséquilibre et met en danger notre sens du jugement…
Il nous faut alors dissocier la peur de l’autre de la discussion en elle-même, pour ne pas alors se mettre à douter indéfiniment.
Pour cela, il faut sans doute suffisamment avoir confiance en soi et être capable de comprendre ce qui se passe en nous, aussi.

Pour toutes ces raisons, je fais encore des blocages sur certaines aspects de notre quotidien.
Je me dis aussi que le fait de ne pas parvenir à mémoriser des contes, et même encore de simples comptines, chansons ou jeux de doigts doit avoir avec tout cela.
Hier soir, j’ai alors décidé de remédier à cela progressivement en essayant d’emporter cette demande dans mon sommeil, ainsi que préconisé par Henning Köhler. J’ai très mal dormi (mais pour d’autres raisons), mais cela à marché : les jeux de doigts lus hier ont été enregistrés, dans un premier temps.

Aussi, pour les choses à mémoriser, j’ai décidé de fixer tout d’abord mon attention sur seulement peu de choses :
- 3 ou 4 comptines
- 5 ou 6 jeux de doigts
- 3 ou 4 chansons
- Quelques rondes
Et de me servir du livre Entre les mots ou de mon imagination pour mettre en scène des rondes ou autres mouvements à la manière de l’eurythmie, le vendredi.

Sélection de comptines, dans un premier temps :
- Bonjour Soleil, dont j’avais parlé et que j’ai déjà appris, très appréciée par Mehdi qui adore tout ce qui est lié au soleil.
- Comptine pour obtenir le silence, du livre Entre les mots
- Comptine pour introduire ou finir une activité (et celle pour les travaux d’entretien) du même ouvrage.

Jeux de doigts :
- Un gros lézard, que nous connaissions déjà
http://www.momes.net/comptines/mains/le-gros-lezard.html
- Minouchette (avant d’aller dormir), du livre Jeux de doigts, rondes et jeux dansés. http://www.editions-retz.com/Jeux_de_doigts_rondes_et_jeux_danses_Tome_2_CD_audio_-9782725627595.html
- Cornélius et Sibélius, du même ouvrage
- En montant (idem)
- Lavons les mains (idem)
- La pomme et l’escargot (que nous avions lu dans un Graindor), en lien avec l’automne.

Chants :
- La chanson préférée de Mehdi : Soleil, soleil
http://www.chansons-pour-la-planete.com/DirectEnergie/Telecharger/Chanson/Soleil-soleil
- La chanson plébiscitée par Walid en ce moment : L’ours brun, du CD Hippo tam tam
http://jeanfrancois.troump.free.fr/cd-dvd/index.htm sur la tristesse d’un ours voyant sa vallée soudain traversée par une autoroute et dont le refrain est très entraînant : Dans ma vallée, olé olé…
- Le soleil est parti (CD Au fil des saisons dont j’ai les paroles aussi)

Et ils feront des chants en arabe avec leur papa, à l’aide du CD A l’ombre de l’Olivier dont ils ont été bercé plus ou moins toute l’enfance, et avec quelques autres pistes sur internet : http://www.mamalisa.com/?t=fl&lang=Arabic

D’ailleurs, j’ai remarqué aujourd’hui qu’à présent, Walid est capable de chanter une chanson inconnue presque en même temps que moi, en répétant tout de suite les paroles, ce qui était impensable pour lui auparavant.

Rondes :
- Trois petits bonhommes, du livre Jeux de doigts, rondes et jeux dansés
- La ronde des nuages (idem)
- La pomme (idem)

(Une chose amusante : aujourd’hui, alors que Walid jouait « au restaurant », j’ai remarqué qu’il ne me proposait pas les plats qu’il a l’habitude d’imaginer me préparer, mais plutôt des fruits ! Par contre, ses tarifs ont augmenté : 1000 euros la banane au chocolat, gloups !)

Combat de titans et retour du père !

Créé par le 25 sept 2010 | Dans : Activites, jeux, Non classé

Ce matin, nous sommes allés au Thé des parents, où nous nous réunissons pour échanger autour de thèmes liés à l’éducation et à la parentalité.
En attendant le bus, nous avons fait des jeux de doigts (cf le post à venir).
dsc08285.jpg

En rentrant, pendant que je tentais de travailler un peu, les enfants se sont déguisés, Mehdi en éléphant cette fois (c’est le premier déguisement que j’avais cousu quand Olivier avait un an !).
dsc08286.jpg
Coup de trompe…
dsc08290.jpg

Walid me faisait aussi un spectacle
dsc08292.jpg
…pendant que Mehdi me quémandait un petit spectacle improvisé de marionnettes.
dsc08293.jpg
Il est trop petit pour manipuler ces marionnettes, vivement que l’on ait plus de poupées de sol !

Et leur papa est rentré !
dsc08231.jpg
Chargé de bonnes victuailles de là-bas.
Des kilos de merveilleuses figues fraîches dont je me suis régalée (je n’aime pas les figues achetées en France, elles ne sont pas juteuses et fondantes ainsi…)
dsc08296.jpg
Et des kilos de figues séchées
dsc08298.jpg
des kilos de dattes
dsc08305.jpg
Plein de gateaux algériens…
dsc08300.jpg
dsc08302.jpg
Mais aussi de la galette et du bon pain, alors Walid a voulu que nous préparions de la chorba pour le souper !
Les enfants se sont particulièrement régalé !
dsc08306.jpg

Mais encore des cadeaux de la part de la belle-famille
dsc08297.jpg
Des dessins de mon beau-frère préféré, que j’avais invité à renouer avec sa créativité… (dommage que les feuilles ait été pliées)
dsc083041.jpg
De la laine que j’avais demandé, pour préparer de la laine cardée avec les enfants en vue de la fête du grand l’Aïd.
dsc08301.jpg

Notre mariage - Il nostro m... |
CANTERBURY T@LES |
margauxlaptiitelouloute |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Millenium Development Goal
| Blog du niveau intermédiaire
| Gregmontres